À propos

IMG_5199

L’histoire du site…

Mon parcours ?

Il y a 10 ans, j’ai eu un déclic pour le métier d’enseignante, j’étais alors journaliste compressée entre pression économique et politique. C’est en réalisant une intervention dans une école élémentaire par l’intermédiaire des Petits Débrouillards, que j’ai eu le fameux déclic : c’était ici, auprès des enfants qu’il fallait agir, transmettre le goût de la recherche, l’esprit critique, la curiosité, l’envie d’approfondir, leur apprendre à recouper l’information, à douter, à analyser, à choisir par soi-même et penser par soi-même.

J’ai donc passé le CRPE que j’ai obtenu. Suite à la formation IUFM (actuel ESPE), j’ai directement été parachutée en Zone d’Education Prioritaire, dans une école de REP+. Et je suis restée 8 ans dans cette école ! Je m’y suis éclatée ! J’ai oscillé entre le cycle 2 et le cycle 3. J’y ai tout appris grâce aux enfants qui remettaient constamment ma pratique en question, grâce à la confiance de leurs parents, grâce aussi à l’équipe qui malgré la différence de points de vue avançait soudée dans l’intérêt des enfants, grâce aussi à l’expérience de certains collègues qui transmettaient tout ce qu’ils savaient, grâce enfin aux conseillers pédagogiques et aux inspecteurs qui ont toujours été ouverts, bienveillants et enthousiastes dans tous les projets que j’ai pu entreprendre. Et lorsque l’on arrive du privé, ce n’est pas toujours facile de comprendre les codes du public…

C’est aussi dans cette école que j’ai passé mon CAFIPEMF (Certificat d’Aptitude aux Fonctions d’Instituteurs ou Professeur des Ecoles Maître Formateur) ; un gros examen : rédaction d’un mémoire professionnel + présentation de deux séances en classe devant un jury composé d’inspecteurs et de conseillers pédagogiques + analyse d’une séance d’un jeune collègue enseignant devant le même jury + soutenance mémoire… bref… Une année où l’on pense CAFIPEMF, on vit CAFIPEMF, on mange CAFIPEMF et on fait quand même la classe !

Et puis, dans une volonté de me rapprocher de ma famille, j’ai demandé ma mutation. J’ai eu des postes en cycle 3, des doubles et triples niveaux, j’ai exercé en tant que PEMF et l’année dernière, j’ai obtenu un poste définitif en …MA TER NELLE !!

Ecole à 1 classe, triple niveaux PS/MS/GS, classe + direction ! J’ai d’abord… paniqué !!!!

Et je me suis dit qu’en 10 ans, j’aurais donc fait tous les niveaux !

Suite à cette nouvelle, je suis allée voir l’école pour faire ma « petite souris » et j’ai eu le coup de foudre pour cette école ! Son parquet, son parc, son jardin, les arbres et les oiseaux, le carillon du clocher, la sérénité qui y règne !

Ensuite, j’ai rencontré les gens qui font l’école : le maire, l’ATSEM, la cantinière et les parents et au vue des sourires affichés sur les visages et de leur accueil, je me suis dit : « ça v’l faire ! »

Et me voilà embarqué dans l’aventure de la maternelle ! Tout un programme !

 

Pourquoi un site ?

Déformation professionnelle de mon premier peut-être, j’ai toujours réalisé de petites vidéos de séances de classe car je les utilisais dans le cadre de la classe pour revenir sur l’activité des élèves, en discuter avec eux, faire un « retour réflexif ».

L’année dernière, j’ai décidé de compiler ces vidéos pour en faire un film que j’ai diffusé exclusivement aux parents. Ils ont adoré. J’ai eu des retours vraiment intéressants, des demandes de diffusion, des réactions du type : « Je ne savais pas que mon fils faisait tout ça! », « On ne se rend pas compte de ce que c’est l’école ! »… Alors même que je communique assez sur la vie de la classe, je me suis rendue compte que l’école reste assez hermétique.

Parallèlement à cela, l’an dernier, j’ai été invité à deux reprises dans le cadre d’une formation syndicale et à trois reprises dans le cadre d’une association, à donner des conférences, l’une sur « La relation enseignante/ATSEM dans un fonctionnement de classe autonome » ; l’autre sur « L’espace classe ou quand l’environnement détermine les apprentissages. » Lors de ces conférences, j’y ai rencontré des collègues du premier et second degré, des assistantes maternelles et des professionnels de la petite enfance. Je projetais photos ou vidéos de classe et les demandes étaient toujours les mêmes : nous aimerions en savoir davantage, venir dans ta classe, voir comment ça se passe.

Enfin, il y a eu un élément déclencheur : une maman d’élève embauchée par la mairie pour faire un remplacement d’ATSEM et un jour cette phrase : « Il faudrait que tu diffuses ce que tu fais et comment tu t’y prends car je suis sûre que les parents pourraient relayer à la maison et s’en inspirer. »

« Et pourquoi tu ne ferais pas un blog ? » Me propose mon mari. Et pourquoi pas ?

La démarche et le cadre ?

La graine a germé.

L’objectif de ce blog ? Ouvrir la classe aux parents, partager aux collègues et professionnels de la petite enfance et montrer que dans le public aussi de belles choses sont possibles ! Je veux d’abord montrer du concret, du quotidien de classe, du vrai et les élèves en action.

J’ai pris mon temps, j’ai peaufiné l’idée. Au lieu d’un blog, j’ai construit un site, un brouillon. Je l’ai montré à mon ATSEM-SUPER BINOME qui m’a dit « Fonce ! C’est trop bien ! ».

Ensuite, je l’ai montré à ma représentante de parents d’élèves, puis à quelques parents, surtout à ceux qui auraient pu être réticents.

Je me suis entretenue avec mon IEN. Nous avons vérifié le cadre légal.

J’ai enfin parlé du projet en réunion de parents : je leur ai montré, j’ai montré le type de vidéos que je voulais mettre… J’ai refait passé les autorisations de droits à l’image et de diffusion.

Tous les parents ont adhéré au projet, j’ai toutes les autorisations écrites et d’ailleurs, je les remercie pour leur confiance ! Je l’ai remercie aussi pour leurs retours positifs, leur engouement !

Alors de mon côté, je me suis engagée sur certains points : je ne citerai pas le nom de famille des élèves ni le nom de l’école, ni le nom des ATSEM, ni mon nom. Seuls les prénoms apparaîtront.

L’objectif est de garantir la confidentialité et l’intégrité de mes élèves et de leur famille.

Dans cet état esprit, je modère les commentaires : je valide ou non les commentaires postés.

Les photos où apparaissent mes élèves ne sont pas libres de droits et je vous demande de ne pas les intégrer dans vos articles et de ne pas les utiliser à toute autre fin.

Pour certains documents que j’ai conçus pour les élèves, j’ai parfois trouvé des idées sur le net. J’ai conscience qu’elles ne sont pas libres de droits, c’est pourquoi je me suis engagée à citer mes sources  et si une image vous appartient et que vous voulez la retirer, faites le moi savoir.

C’est en toute humilité que j’ouvre cette classe, il y a forcément des choses à parfaire, à améliorer, néanmoins je vous demande de la visiter avec respect.

Pour tout renseignements, questions, demande au sujet des conférences ou autre : écrivez à

sijetaisunepetitesouris@gmail.com

ou à contact

Merci à vous, merci aux parents et aux collègues pour leurs encouragements et merci aux enfants qui se prêtent au jeu !